Menu Fermer
La banque d'un monde qui change
0 Résultat

J’ai toujours eu un regard bienveillant envers les personnes investies dans l'aide humanitaire

Je m’appelle Sandrine Wesquy, j’ai 43 ans, je suis divorcée et j'ai un enfant. J’ai rejoint le groupe BNP Paribas en juin 2005 au sein de la filiale luxembourgeoise Cortal Consors.

Depuis 2010, je travaille au sein de BGL BNP Paribas. Travailler dans un Groupe de cette ampleur m’a permis de découvrir différentes activités. En effet, tout au long de ma carrière j’ai travaillé dans le conseil en investissement financier, le contrôle permanent. Depuis 2015, j’ai rejoint l’entité Compliance de la banque, dans un premier temps en charge de la formation et de la communication et depuis bientôt deux ans, je suis en charge du traitement des analyses de faits suspects dans le cadre de la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

"Hope, c’est se donner l’occasion d’apporter sa pierre, même petite, à l’édifice."

De loin, comme de près, j’ai toujours eu un regard bienveillant envers les personnes investies dans l'aide humanitaire. En 2005, j’ai manqué l’opportunité de réaliser une mission humanitaire au Mali et depuis je me suis toujours promis de tenter de réaliser de belles actions à la hauteur de mes possibilités.

Lorsqu’une de mes amies, collègue, m’a parlé de l’association des employés de BNP Paribas au Luxembourg « Hope, Give Me One, Get a Smile », j’ai accepté sans hésiter de les rejoindre et de leur apporter ma contribution.

L’association Hope, c’est un projet collaboratif initié par et pour les employés du Groupe au Luxembourg, sensibles aux causes humanitaires.

Hope, c’est se donner l’occasion d’apporter sa pierre, même petite, à l’édifice. Hope, c’est l’investissement personnel de tout un chacun pour la cause de tous. Hope, c’est une philosophie, celle d’offrir à ceux qui sont dans le besoin la lueur d’espoir d’une vie meilleure, d’une seconde chance.

Les collaborateurs de BNP Paribas qui le souhaitent contribuent de trois manières à la réalisation des projets humanitaires. Dans un premier temps, ils peuvent proposer des projets humanitaires pour lesquels ils se sentent investis. Ils peuvent aussi être donateurs à hauteur de 1€/mois et parce que l’effet de masse provoque un effet de levier, par le biais de sondages ils décident des projets que nous finançons.

En plus des donations automatiques des collaborateurs, « Hope, Give Me One, Get a Smile » organise régulièrement des actions permettant de récolter des fonds.

"Il faut en effet être force de propositions et, en cette période toute particulière, faire preuve d’originalité et de persévérance."

C’est dans le cadre de ces actions, en plus de mon rôle au sein du Conseil d’administration de l’association, que je dois organiser mon temps de travail au sein de la banque. Il faut en effet être force de propositions et en cette période toute particulière, faire preuve d’originalité et de persévérance. Il faut se rendre disponible, sans déstabiliser notre service au sein de la banque et être polyvalent (gérer les outils de communication, aller chercher des sponsors et organiser les évènements).

Il n’a pas toujours été simple de concilier les deux au sein de la banque, certains managers peuvent penser que c’est du temps perdu pour le service ; il n’existe pas réellement de cadrage au sein des Ressources humaines pour ce type d’actions, mais je vois la banque évoluer dans une direction propice à l’ouverture sur le monde, au développement des collaborateurs entre leurs responsabilités professionnelles et leurs valeurs. Ceci permet de se sentir serein et supporté dans les causes que nous soutenons : respect de l’humain, respect de l’environnement de vie, respect de la VIE.

"Nous laisser l’opportunité de réaliser de magnifiques projets humanitaires, sociétaux et environnementaux."

Je retire un immense bénéfice de la réussite de nos actions lorsque nous sommes en mesure d’offrir de la joie et du bonheur.

Les derniers projets que nous avons réalisés sont les suivants :

  • Financement de blouses pour la fondation des Hôpitaux Robert Schuman au Luxembourg, dans le cadre de la crise sanitaire ;
  • Financement d’appareils auditifs pour deux enfants au Rwanda, leur permettant de reprendre leur scolarité ;
  • Financement de la création d’un centre de recyclage des déchets en Indonésie ;
  • Participation à l’opération "Une Main Pour un Espoir" avec une récolte de 147 boîtes cadeaux offertes aux centres pour enfants et adultes en difficultés au Luxembourg et pour leur offrir une lueur d’espoir au moment de Noël;
  • Participation au Relais pour la vie Luxembourg édition 2021.

Comme vous pouvez le lire, ce projet c’est NOUS, je n’en suis qu’un des éléments. En effet, sans les autres membres du Conseil d’administration de l’association, sans les membres analystes des projets (qui analysent la fiabilité, la conformité, la recevabilité des projets), sans les membres actifs de l’association, toujours prêts à nous aider dans nos actions de récoltes de fonds et sans les donateurs, je ne pourrais rien faire.

C’est dans ce contexte que je remercie la banque de renouveler son soutien à l’association des employés de BGL BNP Paribas et de nous laisser l’opportunité de réaliser de magnifiques projets humanitaires, sociétaux et environnementaux.

C’est aussi dans ce contexte que je profite, au nom du Président, Monsieur Régis Zambelli et du Conseil d’administration (Sophie, Nathalie, Annyse, Guillaume, Patrick, David) pour féliciter les membres actifs, les donateurs et les porteurs de projets.