Menu Fermer
La banque d'un monde qui change
0 Résultat

C’est au quotidien que le terme inclusion révèle tout son sens

Je m’appelle Anne Wenandy, j’ai 51 ans et je souffre de sclérose en plaques progressive depuis fin 2011. J’ai rejoint BGL BNP Paribas le 1er octobre 1997.

Aujourd’hui, je fais partie de la Cellule d’écoute au sein des Ressources Humaines de BGL BNP Paribas et j’accompagne les collègues du Groupe BNP Paribas au Luxembourg en souffrance physique, psychique ou encore professionnelle.

"J’ai toujours gardé à l’esprit ce qui est important pour moi, à savoir continuer à travailler et pouvoir garder une certaine liberté de mouvement"

Ironie du sort et j’en suis fière et reconnaissante, c’est cette même structure qui avec le soutien de ma hiérarchie, il y a bientôt 10 ans, m’a épaulée afin de me permettre de rester professionnellement active dans ma maladie et les handicaps physiques visibles et invisibles progressifs qu’elle engendre.

Cela a notamment permis de me libérer du temps pour les soins nécessaires et traitements disponibles. J’avoue que ça ne s’est pas fait en un jour étant donné que les handicaps s’installent progressivement, d’abord invisibles, certains deviennent visibles. En presque 10 ans, je suis passée d’une parfaite autonomie physique à l’utilisation d’une canne pour finir en chaise roulante avec toutes les dépendances que cela implique. J’ai dû revoir ma copie et toujours garder à l’esprit ce qui est important pour moi, à savoir continuer à travailler et pouvoir garder une certaine liberté de mouvement.

"Au fil du temps et de l’évolution de ma maladie, je me suis rendu compte à quel point l’environnement tant professionnel que privé dans lequel j’évolue est essentiel."

C’est au quotidien que le terme inclusion, un mot clé de la diversité pour moi, révèle tout son sens. Je me souviens toujours du moment où j’ai dû utiliser ma chaise roulante au bureau.

Un jour en sortant de l’ascenseur, j’ai entendu un collègue dire derrière moi, que c’était la première fois qu’il voyait une personne venir travailler en chaise roulante dans la banque. Ça me fait toujours sourire quand j’y pense. C’était en 2016 et nous venions de déménager du siège, bâtiment appelé Kronos et construit en 1994, dans un des nouveaux bâtiments appelé oKsigen sur le site du Kirchberg. Entre les 2 bâtiments, il n’y a pas photo en ce qui concerne les aménagements pour les personnes à mobilité réduite. Ils sont passés de presque rien (seulement des toilettes) à une prise en compte la plus large possible.

Au fil du temps et de l’évolution de ma maladie, je me suis rendu compte à quel point l’environnement tant professionnel que privé dans lequel j’évolue est essentiel.

S’il reste encore des obstacles comme les pavés, les portes ou les badgeuses par exemple, il existe toujours des solutions que ce soit grâce à l’aide d’une/un collègue ou d’une alternative d’accès ou d’aménagement pour favoriser l’inclusion.

Rédigé par Anne Wenandy - novembre 2020